Accueil > De nouveaux locaux pour le Chantier d’insertion de Hautes Terres Comunauté

De nouveaux locaux pour le Chantier d’insertion de Hautes Terres Comunauté

Les bénéficiaires du Chantier d’insertion de Hautes Terres Communauté ont quitté les locaux de Chalinargues pour un bâtiment plus grand, plus fonctionnel et mieux adapté à leurs besoins situé sur la zone d’activités du Martinet, à Murat, à proximité des locaux des services techniques de la Communauté de communes.

Certains partenaires et financeurs – DIRRECTE, Mission locale, service emploi et insertion du Conseil départemental étaient présents, le 25 juin dernier aux côtés de la Présidente de Hautes Terres Communauté Ghyslaine Pradel, de l’élu référent du chantier d’insertion Gérard Pouderoux, maire de La Chapelle-d’Alagnon, du responsable technique Ludovic Hermet et de la conseillère en insertion socio-professionnelle Emeline Szucs pour une visite du bâtiment et un échange sur le chantier.

Bref rappel, 10 bénéficiaires travaillent au sein du chantier d’insertion de Hautes Terres Communauté pour des missions d’entretien des espaces verts et des travaux de petite maçonnerie à destination d’une dizaine de communes de Hautes Terres communauté. Ces prestations du chantier à raison de 15 jours par an représentent un coût de 1000€ par commune et par an.

Le bâtiment dispose désormais de vestiaires hommes et femmes équipés de casiers nominatifs, d’une petite cuisine, d’une salle de réunion, d’un atelier pour réaliser de petits travaux ou stocker des équipements. La proximité avec les services techniques permet également de stocker du matériel plus volumineux.

Les participants ont notamment échangé sur l’extension des activités du chantier d’insertion dans l’objectif que les bénéficiaires puissent réaliser de petits travaux comme de la menuiserie – bacs bois à fleurs, boîtes à lire, panneaux de signalétique ou d’information… Cette évolution qui pourrait se mettre en place cet automne permettrait de proposer de nouvelles prestations pour les communes et aux bénéficiaires de travailler en intérieur durant un à deux mois l’hiver.

Les échanges ont également porté sur les difficultés de recrutement au sein du chantier, notamment du personnel féminin. La diversification des activités pourrait apporter une réponse à cette difficulté.